Quand le perfectionnisme conduit au burnout

Quel est le lien entre perfectionnisme et burnout ? On peut penser qu’au travail, la perfectionniste récolte toujours les fruits de son engagement et de son souci du détail. Après tout, quel employeur se plaindrait d’une employée/ collaboratrice modèle ? En réalité, le perfectionnisme maladif peut-être un gros frein en entreprise et conduire au burnout.

Une reussite professionnelle a tout prix

La plupart du temps, les perfectionnistes ne pensent pas en faire trop. Elles adoptent souvent un « comportement modèle » au sein de leur entreprise. De peur de déplaire et d’être rejetée, elles arrivent tôt au travail, elles sont investies et travailleuses, elles évitent les conflits, elles ont dû mal à dire non, et elles emportent des dossiers le week-end.

Elles exécutent leurs tâches avec un tel investissement qu’elles sont angoissées par les délais et/ou la charge de travail demandés, estimant qu’il y a toujours un élément à ajouter.

Mais, elles ne travaillent pas forcément de manière efficace, elles n’ont pas toujours le sens des priorités, elles peuvent procrastiner ou passer trop d’heures sur une seule et même tâche, elles veulent tout contrôler.

Un burnout annonce

Une simple critique de leurs collègues et/ou de leur hiérarchie peut les faire basculer dans un cercle vicieux d’épuisement, de baisse d’estime personnelle et de confiance en soi. Elles peuvent éprouver une déception terrible et un sentiment de honte, alors qu’elles cherchaient justement à être reconnues et valorisées.

Après une réussite, elles ressentent peu de satisfaction et pensent déjà à la suite. Elles s’énervent quand elles ne réussissent pas tout de suite, et considèrent toute erreur comme un échec. Elles se comparent et se persuadent que les autres réussissent mieux et plus vite qu’elles.

Les années passent, leurs corps flanchent de plus en plus (mal de dos, migraines, difficultés à s’endormir, prise ou perte de poids…) et finit par lâcher. Et quand elles s’en aperçoivent, il est souvent trop tard : l’anxiété, la dépression et parfois le burnout sont là. Elles sont dans l’incapacité d’aller retourner travailler.

J’espère que cet article vous a donné envie de lâcher-prise sur votre perfectionnisme pour ne pas en arriver au burnout !

Coach en confiance en soi et en alignement féminin, je vous invite à découvrir mon Programme de coaching « Be a confident perfectionnist »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.